Aller au contenu principal

IEDM

DonateDonateFacebookTwitterLinkedIn
L’IEDM dans les médias

Textes d'opinion

1 juin 2002juin 1, 2002

Le déclin du modèle suédois

Les Affaires, p. 10

Le déclin du modèle suédois

Les tenants de l’État-providence ont longtemps invoqué le modèle suédois pour illustrer la possibilité de réconcilier une croissance économique soutenue avec des taux d’imposition et des dépenses publiques très élevés. La déconfiture économique de ce pays a cependant mis à mal cette croyance.

Rendons d’abord leur dû aux Suédois. Dans l’après-guerre, les performances remarquables de son secteur privé (qui comprend notamment des entreprises telles Volvo et Ericsson) lui ont permis d’afficher pour un temps le deuxième taux de croissance du monde industrialisé et de jouir de l’un des trois niveaux de vie les plus élevés des pays de l’OCDE au début des années 1970.

Bien que certains commentateurs attribuent ce succès à la concertation des acteurs socioéconomiques suédois, il faut souligner que la politique économique de ce pays fut l’une des plus libérales au monde jusqu’au milieu des années 1930 et qu’une fois arrivés au pouvoir, les sociaux-démocrates ne se mêlèrent pas de la gestion des grandes entreprises privées.

Le poids de l’État-providence a cependant commencé à se faire sentir à la fin des années 1970. Le rythme de croissance s’est rapidement essoufflé, à un point tel que le PIB a connu une décroissance de 5% entre 1991 et 1993 et que le niveau de vie des Suédois oscille depuis quelques années autour du 20e rang des pays de l’OCDE. En l’an 2000, le PIB par habitant indexé selon la parité des pouvoirs d’achat (PPA) (une méthode qui sert à mesurer le pouvoir d’achat relatif des monnaies de différents pays pour les même types de biens et de services) n’est plus que de 24 400 $ US en Suède, en regard de 36 000 $ aux États-Unis, 30 100 $ en Suisse, 28 500 $ en Irlande et 28 100 $ au Canada.

Pour couronner le tout, deux chercheurs suédois rendaient publique il y a quelques semaines une étude selon laquelle les ménages de leur pays sont désormais plus pauvres que les ménages noirs américains! Fredrick Bergstrom et Robert Gidehag de l’Institut suédois de recherche sur le commerce ont en effet constaté que si le revenu médian des ménages noirs américains ne compte que pour 70% du revenu médian de l’ensemble des ménages américains, celui des ménages suédois, en tenant compte de la PPA, n’en représente plus, lui, que 68%. Et cette statistique est d’autant plus représentative que nous utilisons ici le revenu médian plutôt que le revenu moyen, ce qui permet d’éviter les distorsions amenées par l’existence de familles très riches aux États-Unis qui font autrement grimper les moyennes.

Selon les auteurs, ces résultats s’expliquent avant tout par un rythme de croissance des revenus bruts des ménages pauvres trois fois plus rapide aux États-Unis qu’en Suède durant les 20 dernières années. Selon eux, le poids des dépenses publiques et de la ponction fiscale nécessaire pour financer les avantages sociaux, qui sont toutes proportions gardées près de 70% plus élevés qu’aux États-Unis, a enlevé beaucoup d’incitation à la création de nouvelles entreprises et à l’amélioration de la productivité des entreprises existantes.

Le déclin de l’économie suédoise illustre de façon remarquable que le poids bureaucratique, réglementaire et fiscal des programmes gouvernementaux créés avec l’intention d’instaurer une société plus juste nuit au contraire à la création de richesse et cause, ultimement, du tort à tous, y compris aux citoyens les plus démunis.


EMAIL FACEBOOK TWITTER LINKEDIN

910, rue Peel, bureau 600
Montréal (Québec) H3C 2H8
Canada


Téléphone : 514-273-0969
Courriel : commentaires@iedm.org

au sommet de la page

© IEDM 2019